Loading... (0%)
About liver disease

Inflammation et maladies auto-immunes

Forts de notre connaissance de la biologie des récepteurs nucléaires, nous développons des solutions thérapeutiques novatrices pour les maladies inflammatoires et autoimmunes.

Les efforts de Genfit en matière de maladies inflammatoires et autoimmunes sont plus particulièrement centrés sur les maladies inflammatoires chroniques du foie, comme la stéatohépatite non-alcoolique (NASH) ou des maladies inflammatoires chroniques de l’intestin comme la maladie de Crohn, ou la rectocolite hémorragique.

Nous ciblons également les maladies auto-immunes qui touchent à la fonction hépatique, telles que la cirrhose primaire biliaire ou l’hépatite auto-immune, qui peuvent entraîner des cirrhoses et même nécessiter une transplantation du foie.

Beaucoup pensent que l’inflammation est uniquement une réponse physiologique qui a pour but de limiter l’invasion des pathogènes et l’atteinte tissulaire en cas de blessure. Cette réponse inflammatoire aiguë est un processus strictement contrôlé, avec une phase d’initiation et une phase de résolution. Au contraire, une maladie inflammatoire chronique est une condition pathologique caractérisée par une longue et persistante inflammation systémique et l’absence de phase de résolution.

 

Les maladies inflammatoires chroniques

Dans les populations avec un niveau de vie élevé, une inflammation chronique est souvent due à une surconsommation de calories, à une réaction à certains aliments, comme les aliments industriels, ou à des facteurs environnementaux tels que le tabagisme ou la pollution.

Si cette inflammation persiste sur une longue période, même à un niveau faible, elle peut notamment porter atteinte aux cellules bêta du pancréas (responsables de la production d’insuline), aux vaisseaux sanguins, au coeur, aux reins, ou au foie.

Une maladie inflammatoire chronique peut ainsi contribuer à augmenter la morbidité associée à des maladies métaboliques majeures telles que les maladies cardiovasculaires ou le diabète de type 2, et également prédisposer à des maladies chroniques du foie ou de l’intestin.

Pour de nombreuses maladies inflammatoires chroniques, les solutions thérapeutiques ne sont toujours pas suffisantes, et la charge financière pour les systèmes de soins devient critique avec l’augmentation mondiale du nombre de patients.


Les maladies auto-immunes

Les maladies auto-immunes peuvent toucher plusieurs organes et sont parmi les causes majeures de morbidité et mortalité, surtout chez les femmes.

Des maladies auto-immunes, comme le lupus, le psoriasis, ou l’arthrite rhumatoïde, surviennent quand le système immunitaire n’arrive plus à faire la différence entre des antigènes endogènes et exogènes. Dans ce contexte, les lymphocytes T qui attaquent ces antigènes déclenchent des réponses immunitaires destructrices, et activent les lymphocytes B qui produisent des anticorps contre leurs propres organes. Normalement, les cellules T auto-réactives sont strictement contrôlées par les cellules T régulatrices, mais ces dernières sont déficientes dans de nombreuses maladies auto-immunes.

Actuellement il n’existe aucun traitement permettant de guérir une maladie auto-immune, et les solutions thérapeutiques se résument à des traitements permettant de soulager les symptômes et de mieux contrôler le processus auto-immun.

Les nouvelles solutions thérapeutiques visent l’inactivation ou la destruction sélective des cellules T effectrices ou s’efforcent de restaurer le contrôle de la réponse immune par les cellules T régulatrices.