Loading... (0%)
About liver disease

Maladies du foie

En engageant notre force de recherche pour trouver des thérapeutiques soignant les maladies du foie, nous voulons apporter aux patients des solutions efficaces pour traiter ces pathologies aux graves conséquences.
Les maladies hépatiques, aux issues dramatiques, restent encore aujourd’hui sans réelles solutions hormis chirurgicales.

De par notre expertise de longue date dans les affections d’origine métabolique, notre priorité est de faire avancer la recherche thérapeutique des maladies du foie qui évoluent dans ce contexte. Parmi celles-ci, la NASH est pour nous un axe majeur de travail.

Nous engageons également dans nos recherches des efforts tout particuliers pour identifier de nouveaux produits capables d’enrayer les processus fibrotiques qui apparaissent avec l’évolution des maladies chroniques du foie et contribuent à leur aggravation de manière significative.

Le foie est un organe vital assurant des fonctions essentielles telles que les fonctions de détoxication et de stockage. Il a également un rôle clé dans le métabolisme des glucides et des lipides, et beaucoup de troubles qui le concernent sont liés à des affections métaboliques.
Tous dysfonctionnements de cet organe majeur ont des conséquences graves sur la santé, allant jusqu’à engager le pronostic vital.

Les maladies du foie sont nombreuses et d’origines variées : des origines virales notamment, mais aussi métaboliques, auto-immunes ou liées à l’alcool ou à des toxines. Dans leurs formes les plus évoluées, les hépatopathies sont associées à de graves complications (encéphalopathies, hémorragies œsophagiennes, ascites…) qui vont demander une greffe du foie voire engager le pronostic vital du patient.


Les hépatites

Les hépatites résultent de la destruction des cellules du foie (hépatocytes), destruction qui peut être très rapide dans le cas des hépatites fulminantes, ou progressive dans le cas des hépatites chroniques.

 

Les hépatites chroniques

Ces hépatites résultent d’une réaction inflammatoire persistante qui s’accompagne d’un processus de cicatrisation conduisant à l’accumulation progressive de matrice extracellulaire (fibrose). Lorsque la fibrose est trop étendue (cirrhose) et que le foie n’est plus capable d’assurer sa fonction, on parle alors de cirrhose décompensée. Il n’existe pas aujourd’hui de traitement de la fibrose hépatique liée aux hépatites chroniques.

La fibrose hépatique entraîne une morbidité et mortalité significative dans des maladies hépatiques chroniques de différentes étiologies, telles que l’hépatite virale, la NASH, la stéatose alcoolique, l’insuffisance hépatique aigue, et d’autres.

 

Les hépatites virales
Les formes les plus courantes sont les hépatites A, B et C. L’hépatite C reste la principale cause des greffes de foie dans les pays occidentaux , même si ce type de transplantation tend à diminuer avec l’utilisation d’antiviraux de plus en plus efficaces.

L’hépatite stéatosique non alcoolique (NASH)
Fortement associé à l’épidémie mondiale d’obésité, le nombre de malades atteints d’hépatite stéatosique non-alcoolique (NASH) ne cesse d’augmenter et avec lui le nombre de cas de cirrhoses, de défaillance hépatique, de greffe du foie et de décès. Il n’existe pas, aujourd’hui, de traitement de la NASH.

Les hépatites et cirrhoses alcooliques
Elles sont provoquées par une imprégnation alcoolique chronique, ces formes sont les plus connues du grand public. Elles restent des causes majeures de défaillance hépatique voire de cancer du foie.

Les hépatites et cirrhoses liées aux voies biliaires
Ce sont des maladies rares évolutives à forte morbidité qui affectent les voies biliaires intra ou extra-hépatiques. On distingue la cirrhose biliaire primitive (CBP) et la cholangite sclérosante primitive (CSP). La CBP est aujourd’hui imparfaitement traitée et il n’existe pas de traitement de la CSP.

Parmi les autres formes d’hépatites, il existe des formes d’origine génétique (maladie de Wilson ou du déficit en Alpha1-antitrypsine) et des formes résultant d’une activation incontrôlée du système immunitaire (hépatite auto-immune).

 

Les hépatites fulminantes ou Insuffisances Hépatiques Aigues (IHA)

Ce sont des attaques brusques et massives du foie chez des patients sans antécédents connus d’hépatite chronique. Elles sont dues, pour une grande part, à une intoxication médicamenteuse, avec par exemple l’hépatite fulminante induite par un surdosage de paracétamol qui est la plus répandue. Difficilement contrôlables, les hépatites fulminantes sont des situations d’urgence qui peuvent nécessiter une transplantation dans les plus brefs délais.


Le cancer du foie

Le cancer primaire du foie peut se développer dans le cas de maladies du foie avancées avec présence de cirrhose ou dans le cas d’hépatites chroniques et en particulier d’hépatite B.

Le cancer primaire du foie reste cependant peu fréquent comparé aux cas d’atteintes du foie dues à des métastases provenant d’autres cancers (notamment colorectal). Si la résection chirurgicale des nodules cancéreux est souvent pratiquée, il existe un besoin médical avéré pour de nouveaux agents anticancéreux mais également pour de nouveaux médicaments favorisant la régénération hépatique après résection.