Loading... (0%)
About liver disease

Stéatohépatite non-alcoolique (NASH)


La « NASH », ou stéatohépatite non-alcoolique, est une maladie du foie qui associe une accumulation de graisse dans le foie, une inflammation et une dégénérescence des cellules hépatiques.
Une fois installée, la maladie s’accompagne d’un risque de cirrhose élevé, un état au cours duquel les fonctions hépatiques se désorganisent pour finalement s’avérer insuffisantes. Dès lors, la NASH peut évoluer vers des cancers du foie.

Nous avons fait du traitement de la NASH une de nos principales priorités. A Genfit, tout est mis en œuvre pour que notre candidat médicament Elafibranor (GFT505) puisse devenir un médicament pionnier du domaine, pour apporter aux patients des solutions thérapeutiques qui aujourd’hui font défaut.

Un grand besoin thérapeutique pour traiter la NASH

Selon la communauté des hépatologues, la NASH représente une « bombe à retardement », et les principales autorités réglementaires (FDA et EMA) ont intensifié les messages d’alerte auprès des industriels sur l’absence de traitement efficace.

Partout dans le monde, le nombre de cas de NASH est en constante augmentation, corrélé à la pandémie de diabète et d’obésité. Ainsi, aux Etats-Unis, la prévalence de la NASH est estimée supérieure à 12% de la population adulte. Chez les diabétiques, ce chiffre monte à 22%. Et parmi les patients atteints de NASH, entre 15 et 25% vont développer une cirrhose.

Les facteurs de risques et signes prédictifs de la NASH sont multiples : l’âge, l’obésité et l’Indice de Masse Corporelle, la sensibilité à l’insuline, les dyslipidémies, l’hypertension et l’augmentation des enzymes hépatiques.

La présence de cette pathologie multiplie elle-même certains risques graves tels que l’infarctus du myocarde, les accidents vasculaires cérébraux ou les accidents vasculaires périphériques.

nash_FR

Les hépatologues sans traitement pour leurs patients

Le candidat médicament idéal qui saura remédier à ce manque doit présenter plusieurs actions essentielles visant à améliorer notamment la sensibilité à l’insuline et le métabolisme du glucose, la dyslipidémie (réduction des taux de triglycérides et de LDL-Cholestérol ; augmentation du taux de HDL-Cholestérol). Il doit également présenter des fonctions anti-inflammatoires et anti-oxydantes et réduire la stéatose hépatique et les taux circulants d’enzymes hépatiques… tout en bloquant le développement de la fibrose.

Ce profil idéal correspond aux fonctionnalités démontrées par Elafibranor au cours de ses nombreuses études précliniques et cliniques (Phase 1, Phase 2).

EASL ILC 2016
Symposium GENFIT

NASH: Optimizing therapy for progressive disease (Anglais)
Avril 2016

Voir